Homélie prononcée par Mgr Henri Brincard, pour l’ordination sacerdotale de Pierre de Veyrac, le dimanche 1 juillet 2012,



(c)Pierre Gauer
(c)Pierre Gauer

 
                                                        « Magnifiez avec moi le Seigneur,
                                                        Exaltons tous ensemble  son nom ».
         Notre diocèse est plein de joie et d’action de grâces.  En sa grande bonté, aujourd’hui, le Seigneur nous donne un prêtre, Pierre de Veyrac.  Par un chemin nouveau, Pierre est appelé à être le serviteur et l’ami de « Celui qui nous aime et nous lave de Son Sang » (Ap 1, 5) le serviteur et l’ami de Jésus Christ, le Grand prêtre unique et éternel.
         Dans notre action de grâces, confions spécialement à Notre-Dame du Puy les parents de Pierre et sa famille.  La famille est un précieux soutien pour l’éclosion et le mûrissement d’une vocation sacerdotale.   Nous ne pouvons pas oublier non plus tous ceux et celles qui, sur le chemin de notre ordinand, l’ont aidé à entendre et à répondre à l’appel du Seigneur.  Je suis certain, cher Pierre, que vous êtes plein de reconnaissance pour ceux et celles, prêtres, religieux, proches, fidèles laïcs et amis qui vous ont encouragé, par la parole et par l’exemple, à accueillir généreusement l’appel de Celui qui vous a dit et vous dit encore : « Viens et suis-moi ! »  Soyons-en convaincus : Dieu appelle.  Répondant à la prière de nombreux hommes et femmes de nos communautés chrétiennes, le Maître de la moisson parle aux cœurs des jeunes mais aussi à des moins jeunes.  Et que dit-il ?  « Veux-tu me glorifier ?  Veux-tu que les pauvres soient en fête ?  Veux-tu aider les hommes à goûter et à voir combien je suis bon ? » 
         Avec vous Pierre, j’ai aussi à cœur de remercier vos formateurs, tous ceux qui, au long de vos années de séminaire, vous ont aidé, de bien des manières.  Oui, c’est aujourd’hui un moment de gratitude spéciale envers les personnes qui vous ont formé et accompagné.
         Cher Pierre,
Comme le disait le Curé d’Ars, « le sacerdoce, c’est l’amour du Cœur de Jésus », et, de ce fait, le sacerdoce est un immense mystère dont la foi, et elle seule, saisit la profondeur et la splendeur. Le mystère du sacerdoce atteint votre être profond.  Il vous configure en effet au Christ prêtre pour faire de vous, en Lui et par Lui, l’homme de la Parole qui éclaire en brûlant, l’homme qui, par les sacrements, donne la vie éternelle, la vie même la Trinité divine, l’homme enfin dont le Bon Pasteur se sert pour rassembler et guider le peuple de Dieu vers la plénitude du Royaume.  En cette fête de saint Pierre et de saint Paul, reprenons les paroles de Benoît XVI, célébrant la messe de clôture de l’Année sacerdotale : « Le prêtre n’est pas simplement le détenteur d’une charge, comme celles dont toute société a besoin afin qu’en son sein certaines fonctions puissent être remplies.  Il fait en revanche quelque chose qu’aucun être humain ne peut faire de lui-même : il prononce au nom du Christ la parole de l’absolution de nos péchés et il transforme ainsi, à partir de Dieu, la situation de notre existence.  Il prononce sur les offrandes du pain et du vin les paroles d’action de grâce du Christ qui sont paroles de transsubstantiation – des paroles qui le rendent présent, Lui, le Ressuscité, son Corps et son Sang, et transforment ainsi les éléments du monde : des paroles qui ouvrent le monde à Dieu et l’unissent à lui.  Le sacerdoce n’est donc pas seulement une « charge », mais un sacrement : Dieu se sert d’un pauvre homme pour être, à travers lui, présent pour les hommes et agir en leur faveur ».
Au cœur de votre ministère sacerdotal, il y aura le service de l’Eucharistie, « Soleil autour duquel tourne l’Eglise et le monde ».  « En étant source de charité, l’Eucharistie a toujours été au centre de la vie des disciples du Christ » nous dit Jean-Paul II (Jean-Paul II, lettre aux évêques du 24 février 1980.) Dans l’Eucharistie, le Sauveur du monde, tel une nourriture et une boisson, remplit notre être spirituel.  L’Eucharistie est le centre et le but de la vie sacramentelle.  Et le bienheureux Jean-Paul II d’ajouter : « Où est mieux exprimée cette vérité que non seulement nous sommes « appelés fils de Dieu », mais que « nous le sommes réellement  en vertu de sacrement de baptême », sinon justement dans le fait que, dans l’Eucharistie, nous devenons participants du Corps et du Sang de l’unique Fils de Dieu ?  Qu’est-ce qui nous prédispose « à être de vrais témoins du Christ » face au monde, comme il résulte du sacrement de confirmation, sinon la communion eucharistique dans laquelle le Christ nous donne témoignage à nous, et nous  à lui ? » (Benoît XVI)
         Cher Pierre, n’oubliez jamais le lien étroit entre le sacrement de pénitence et l’Eucharistie.  Vous serez le serviteur fidèle du sacrement de la réconciliation, sacrement qui libère et donne la joie,  sacrement dont nous devenons, en le recevant, les témoins émerveillés.
         Par le service du sacerdoce, Jésus vous appelle aujourd’hui à nouer avec lui une amitié nouvelle et spécifique : « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis » (Jn 15,15).  Que cette Parole divine résonne au plus profond de votre cœur.  L’amitié, vous en êtes convaincu, « est une communion de pensée et de vouloir ».  Cherchez à mieux connaître Jésus « dans les sacrements, dans la rencontre de la prière, dans les personnes qui s’approchent de vous et que Jésus vous envoie ou vous confie.  L’amitié est aussi une communion des volontés.  Que la volonté de Jésus devienne la vôtre.  « Seigneur, aide-moi à Te connaitre toujours mieux.  Aide-moi à ne faire toujours plus qu’un avec ta volonté !  Aide-moi à vivre ma vie non pour moi-même, mais à la vivre avec Toi pour les autres !  Aide-moi à devenir toujours plus Ton ami ! »
         En cet anniversaire du Concile Vatican II, un anniversaire que notre diocèse veut commémorer par diverses manifestations exprimant notre action de grâce, il est fort opportun de souligner que le ministère sacerdotal est, non seulement service du Peuple chrétien et de tous les hommes, mais aussi coopération avec les baptisés, un cheminement spirituel et pastoral avec les fidèles du Christ pour le plus grand bien de la mission.  En exerçant votre ministère, vous aurez la ferme volonté de promouvoir cette collaboration dont la nécessité a été soulignée avec force par le dernier Concile : « Les prêtres ont à reconnaître sincèrement et à faire progresser la dignité des laïcs et leur rôle propre dans la mission de l’Eglise.  Il faut également avoir assez de confiance dans les laïcs pour leur remettre des charges au service de l’Eglise, leur laissant la liberté et la marge d’action, bien plus, en les invitant quand l’occasion se présente à prendre d’eux-mêmes des initiatives… » (Décret sur le ministère et la vie des prêtres, 2, 9.)
 
         Nous fêtons aujourd’hui les deux apôtres Pierre et Paul « Celui qui fut le premier à confirmer la foi et celui qui l’a mise en lumière » (Préface de la solennité de  Saint Pierre et Saint Paul.)
.  A la question de Jésus : « Pour vous, qui suis-je ? »  Simon-Pierre répond : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ».  S’appuyant sur une grâce spéciale, Pierre confesse la foi sur laquelle Jésus bâtit son Eglise.  Cette même foi, Benoît XVI, comme successeur de Pierre, ne cesse de la confesser avec courage, profondeur et persévérance.  Au jour de son intronisation, Benoît XVI, à la suite de ses prédécesseurs, a reçu la clef du Royaume des cieux.  Ni les tribulations ni l’hostilité violente ou feutrée ni les trahisons ne troublent une sérénité faite d’humilité et d’abnégation.  Maintes fois, au cours des siècles, notre diocèse a manifesté, dans les moments de joie comme au temps de l’épreuve, son indéfectible fidélité au successeur de Pierre.  Cette communion, vous la vivrez, cher Pierre, au plus profond de votre cœur de prêtre !
         Avec le bienheureux Jean-Paul II, disons :
         « Mère de Jésus Christ,
Tu étais avec lui au début de sa vie
et de sa mission,
tu l’as cherché,
Maître parmi la foule,
Tu l’as assisté, élevé de terre,
Consommé pour le sacrifice unique et éternel,
Et tu avais près de toi, Jean, ton fils.
Accueille les appelés du Seigneur,
Lors de leurs premiers pas sur leur chemin,
Protège leur croissance,
Accompagne dans la vie et dans le ministère
Ceux qui sont tes fils,
O toi, Mère des prêtres ! »
Que la Vierge Marie, Notre Dame du Puy veille sur votre sacerdoce ! 
                                                                           + Henri Brincard
                                                                           Evêque du Puy-en-Velay

Maryline Reymond
Lu 582 fois


Autres documents :
1 2 3 4 5 » ... 9

Actualités | Horaires messes et offices | Année de la foi | Vie spirituelle | Prédications | Nous contacter