Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay

Homélie prononcée par Mgr Crepy pour la Messe chrismale du 11 avril 2017

Consacrés par l’onction pour annoncer l’Evangile

 « Jésus ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : ‘ L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré de l’onction’. » (Lc 4, 17-18) Aux personnes assemblées dans la synagogue, Jésus annonce que la parole du prophète Isaïe se réalise aujourd’hui. Ce soir aussi, cette parole nous est adressée, à nous tous, assemblés dans notre cathédrale.

« Le Seigneur m’a consacré par l’onction. » Que signifie cette onction ? Dans la Bible, l’huile est la matière par laquelle Dieu choisit, appelle une personne qui lui sera consacrée, qui recevra une mission, qui sera envoyée par Lui vers les autres. Celui qui est oint, celui sur qui on verse cette huile qui pénètre sa peau et le marque, est appelé à vivre dans une relation nouvelle avec Dieu. Dans l’Ancien Testament, nous avons plusieurs exemples d’onctions comme celle du roi David, ce jeune berger que le prophète Samuel va oindre chez son père Jessé ; le prophète Elie qui oint Elisée qui prendra en quelque sorte sa suite. On peut noter aussi que les prêtres sacrificateurs étaient oints comme les instruments de culte, c’était une manière de signifier qu’ils étaient mis à part pour être au service du culte. Nous voyons ainsi dans la Bible que ce signe de l’onction est donné pour appeler les rois, les prophètes et les prêtres... pour tous ceux qui sont choisis par Dieu à une fonction particulière au sein du peuple de Dieu, qu’ils soient envoyés pour annoncer la Parole de Dieu, qu’ils soient choisis pour gouverner le peuple ou pour conduire la prière et le culte à Dieu. Par l’onction, les « oints » seront sanctifiés, une manière de dire leur proximité à Dieu.

Jésus à la synagogue s’identifie à celui qu’annonce le prophète Isaïe, celui qui n’est pas seulement roi, prophète ou prêtre, mais celui qui est « l’Oint » par excellence. En hébreu, oindre se dit « masha’h », terme qui donne ‘mashia’h’ c’est-à-dire le Messie… L’Oint par excellence est le Messie dont la traduction grecque est ‘Khristos’ : Christ... chrétiens… chrème (khrisma – onction). Ainsi Jésus, en déclarant que le Seigneur l’a consacré par l’onction,  se désigne comme l’Oint, le Consacré, l’Envoyé, le Messie. Ce Jésus, habitant de Nazareth, sera appelé par ses disciples et par les premières communautés « Jésus le Christ » : il est bien celui qu’avaient annoncé les prophètes, celui que la Vierge attendait, celui sur qui le Père envoie l’Esprit et qu’il désigne comme son Fils bien-aimé.

Il n’y pas d’onction, ni de consécration sans mission, ainsi le Christ est envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, aux captifs, aux aveugles, aux opprimés. Le Christ est envoyé annoncer l’Evangile à tous, et en particulier à ceux et celles qu’aucune bonne nouvelle ne semble atteindre tant leur vie est difficile, tant leur existence est pesante, tant leur horizon semble bouché, tant la joie semble absente de leur quotidien. Envoyé par le Père et consacré dans l’Esprit, Jésus est celui qui offre à notre humanité un chemin d’espérance et un chemin de consolation. Comme le dit le prophète Isaïe, l’huile est une huile de joie et de consolation. C’est cette huile que vient verser le Seigneur sur tous ceux qui sont blessés par la vie, abîmés par la violence, trahis par des proches. C’est une huile parfumée et bienfaisante que le Christ apporte à chacun de nous et à tous ceux qui souffrent.

Frères et Sœurs, nous aussi, nous sommes marqués de cette huile, nous sommes consacrés par cette huile sainte – le Saint Chrême -, nous sommes consacrés par l’onction comme Jésus le Christ. Lors de notre baptême et notre confirmation, l’huile a été versée sur nous et Dieu nous a appelés par notre nom, nous a choisis pour faire de nous ses enfants, à la suite de son propre Fils. Cette onction fait de nous des prêtres chargés de prier pour le monde ; des rois appelés à veiller sur notre « maison commune » comme dirait le pape François ; des prophètes envoyés comme le Christ – l’Oint par excellence – pour  annoncer l’Evangile en nous laissant convertir par cette Bonne Nouvelle, et en en témoignant dans le quotidien de notre vie.

Paul écrit aux Corinthiens : « Celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, lequel nous a aussi marqués d’un sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit. » (2Co 1,21-22) Ainsi, cette onction que nous avons reçue, est un sceau qui nous configure au Christ lui-même, qui nous associe à sa Mission et qui fait de nous, à notre tour, les envoyés du Père, animés par l’Esprit qui habite en nos cœurs.

Nous sommes chrétiens. Rappelons ce soir au cours de cette messe chrismale ce que signifie le beau nom de chrétiens : oui, nous appartenons au Christ par l’huile – le Chrême - de notre baptême ; oui, nous sommes marqués par l’amour du Père et consacrés dans l’Esprit qui nous envoie, chaque jour, être témoins de la joie de l’Evangile auprès des hommes et des femmes de notre temps et auprès des plus petits. Rendons grâce pour l’huile qui va être bénie ce soir : huile des catéchumènes, huile des malades et Saint Chrême. Cette huile est le don de Dieu qui nous manifeste aujourd’hui sa grâce et son amour !