Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay

Un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle

Santiago

Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

Après la découverte, vers l'année 813, de la tombe de l'apôtre Saint-Jacques par l'ermite Pélagius dans un champ vers lequel il avait été guidé par des étoiles (campus staellae qui deviendra Compostelle), c'est l'évêque Théodomir de Iria Flavia (aujourd'hui Pardon) qui va ériger le premier sanctuaire vers lequel vont converger les pèlerins, en premier lieu d'Oviedo puis de toute l'Espagne.

 

Le pèlerinage

Le premier pèlerin européen connu est l'évêque du Puy, Godescalc, qui, en 950 partit en pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle accompagné de 95 personnes.
C'est au 12e siècle que la fréquentation du pèlerinage semble avoir été la plus grande et c'est à ce moment là que parait le premier « guide du pèlerin de Saint-Jacques » par Aymerie Picaud. Les moines de l'abbaye de Cluny prendront une part active au développement de ce pèlerinage et plusieurs villes (comme par exemple Estella, en Espagne, naîtront de ce pèlerinage.
Après être presque tombé dans l'oubli au 14e et 15 e siècles le pèlerinage aura une popularité passagère au début du 17e siècle.

 

Les associations de jacquaires

Au 20e siècle, dans les années 50 un historien, René de la Coste Messelière s'intéresse au pèlerinage et y consacre sa vie. Il fonde la Société des amis de Saint-Jacques qui aide à préparer leur chemin tous ceux qui partent vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Par la suite d'autres associations naîtront dans toutes les provinces françaises et en 2000 naissait l'Union Jacquaire de France qui est une fédération de toutes les associations jacquaires qui veulent bien y adhérer. En 2006, l'Union regroupe une trentaine d'associations.

 

Le renouveau du pèlerinage

Le Pape Jean Paul II avait contribué au renouveau du pèlerinage en s'y rendant une première fois en novembre 1982 et en y retournant en Août 1989 pour les 4e Journées Mondiales de la Jeunesse.
En 1987, le Conseil de l'Europe avait classé les chemins de Saint-Jacques comme « premier itinéraire culturel européen » et en décembre 1998 l'UNESCO les avait inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité.

 

Les itinéraires

Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle part de chez soi pour aller jusqu'à Santiago. L'on peut donc emprunter l'itinéraire que l'on veut mais traditionnellement un certain nombre d'itinéraires sont décrits et sont les plus empruntés.
En France les 4 voies principales sont :

La Via Turonensis qui part de Tours (en venant éventuellement de Paris) et passe par Poitiers, Saintes, Bordeaux.
La Via Lemovicensis qui part de Vézelay et passe par Limoges
La Via Podiensis (qui est de loin la plus empruntée) qui part du Puy en Velay pour passer ensuite par Conques, Cahors et Moissac.

Ces trois premières voies se rejoignent au point « Gibraltar », près de St Palais

La Via Tolosana qui part d'Arles pour continuer par St Gilles du Gard, Toulouse, Pau.

Cette dernière voie rejoindra les trois premières à Puente la Reina pour se continuer à partir de là, sur le « Camino Frances » jusqu'à St Jacques de Compostelle