Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay
Navigation

Homélie de la Pentecôte et pour la confirmation d'adultes prononcée par Mgr Luc Crepy

 

« Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme de cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble. » (Ac 2, 1) C’est ce que nous vivons aujourd’hui avec le groupe des confirmands, certains ont été baptisés à Pâques, d’autres se sont mis en route vers la Confirmation, certes, depuis plus de cinquante jours, mais tous ont vécu dans la prière et dans la confiance ce temps de l’attente du don de l’Esprit. Comme vous me l’avez écrit, chers Confirmands, la route de chacun et chacune d’entre vous est différente avec des évènements heureux ou difficiles, parfois surprenants, parfois douloureux.

 

Sur ce chemin qui vous conduit aujourd’hui à la Confirmation, déjà l’Esprit Saint était à l’œuvre : il n’a pas attendu que vous l’appeliez ou que vous preniez conscience de sa présence, car il souffle quand il veut et où il veut  (cf. Jn 3,8). Votre désir d’être confirmés en est déjà le signe, et comme l’écrit l’une d’entre vous : « depuis longtemps, je ressens comme un manque de ne pas avoir reçu l’Esprit Saint et une souffrance lors de l’évocation de ses bienfaits pour fortifier l’esprit des fidèles. » Un autre écrit : « durant ce parcours, ma foi a été malmenée et l’on m’a souvent demandé pourquoi je fais cela, mais sans autant me faire douter. Au contraire, je pense que cela n’a fait que renforcer mes croyances. »  En ce jour, la route prend fin, ou plutôt une nouvelle route commence, un nouveau chemin avec le Christ, car dans le sacrement de Confirmation, l’Esprit Saint vous est donné en plénitude. Disons-le avec les mots d’un de vous : « Pour moi, ce sacrement, c’est comme si je me retrouvais en la présence des saints apôtres et de la Vierge Marie à la Pentecôte lorsqu’ils reçoivent en vérité les dons de l’Esprit Saint. » Oui, célébrer la fête de la Pentecôte n’est pas seulement faire mémoire d’un évènement passé, aussi important soit-il, mais c’est célébrer le don permanent, de générations en générations de baptisés, de l’Esprit Saint. Nous allons, si je puis dire, de Pentecôte en Pentecôte, car Dieu ne cesse jamais d’accompagner l’Eglise, en envoyant l’Esprit de son Fils, dans sa longue marche au milieu de l’humanité.

 

Saint Paul, en s’adressant aux chrétiens de Corinthe, affirme très fortement : « Frères, personne n’est capable de dire ‘Jésus est Seigneur’ sinon dans l’Esprit Saint. » (1 Co 12, 3b). La foi est un don de Dieu – rappelons-nous le – et ce n’est pas nous qui sommes à l’origine de notre foi, ni nos parents, ni ceux que nous avons croisés dans notre existence, mais c’est d’abord l’Esprit Saint qui est à l’œuvre dans nos cœurs. Bien sûr, l’Esprit Saint se sert de nos familles, de nos amis, des membres des communautés chrétiennes, des évènements aussi, pour nous permettre de rencontrer Jésus.  Mais c’est Lui, l’Esprit, qui éclaire notre cœur et notre intelligence pour que nous reconnaissions en Jésus, le Christ c’est-à-dire le Fils de Dieu, le Sauveur, Celui qui vient apporter au monde la seule bonne nouvelle qui puisse le rendre heureux : l’amour du Père pour toute l’humanité. Ainsi l’une d’entre vous écrit : « je ne m’imaginais pas le baptême comme une fin en soi, mais comme un commencement. J’ai un long chemin à parcourir, et je me laisse guider par cette parole de Dieu : ‘je suis le Chemin, la Vérité et la Vie’ » et cette personne ajoute : « Oser prier, demander, se confier, remercier aussi, ce n’est pas venu tout de suite. » Oser reconnaître en Jésus, celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie, ce n’est pas nous seuls qui pouvons le faire, ce n’est pas le fruit de notre seule intelligence ou de notre seul cœur, mais ce long travail de l’Esprit en nous, pour que nous prenions vraiment conscience de ce que signifie notre baptême par lequel nous sommes définitivement unis à Dieu, enfants du Père, frères et sœurs du Christ et unis par l’Esprit.

 

L’Esprit Saint ne nous conduit pas seulement vers le Christ dans une relation solitaire avec Lui, mais l’Esprit Saint fait de nous les membres d’un seul corps. Il unit les baptisés, les uns aux autres, afin qu’ils forment un seul corps, le corps du Christ, c’est-à-dire l’Eglise. L’Esprit Saint ne nous est pas donné seulement pour nous personnellement, pour notre seule croissance spirituelle individuelle. Non, l’Esprit Saint nous ouvre vers les autres et même nous rend dépendants des autres, car il nous fait membre de la grande famille des chrétiens et nous unit ainsi à tant d’hommes et de femmes qui cherchent à mettre leur pas dans ceux du Christ. L’Esprit Saint fait de nous le peuple de Dieu et vous les confirmands – et bientôt les confirmés –, osez prendre pleinement votre place dans vos communautés chrétiennes, dans la vie de l’Eglise. Et nous qui sommes déjà confirmés, accueillons avec joie ceux et celles à qui l’Esprit donne aujourd’hui des dons si divers au service de l’Eglise et du monde !

 

« De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. » (Jn 20, 21) dit Jésus à ses disciples avant de les quitter et il souffle sur eux et leur donne l’Esprit Saint. L’Esprit leur est donné pour partir, pour annoncer l’Evangile, pour aller jusqu’aux extrémités de la terre. C’est d’ailleurs le premier effet de l’Esprit Saint à la Pentecôte : les disciples, inquiets ou apeurés, sont enfermés dans une maison et n’osent pas sortir. Or, dès qu’ils reçoivent l’Esprit Saint, les voilà dehors, n’ayant peur de parler à personne et annonçant les merveilles de Dieu. Ils deviennent « apôtres » c’est-à-dire « envoyés », envoyés par le Christ avec la force de l’Esprit auprès de tous. Nous aussi par notre baptême et notre confirmation, nous sommes envoyés aujourd’hui pour témoigner du Christ ressuscité. Si la Pentecôte est bien la naissance de l’Eglise, c’est parce qu’avec le don de l’Esprit, la Bonne Nouvelle est annoncée à tous pour la première fois. L’Eglise naît quand elle devient apostolique c’est-à-dire quand des hommes et des femmes répondent à l’envoi du Christ et, sous l’action de l’Esprit, proclament que Jésus est Seigneur, comme le rappelle Paul aux Corinthiens.

 

Votre présence et votre démarche, chers Confirmands, nous invitent tous à demander à Dieu de nous ouvrir à l’action de l’Esprit Saint dans nos vies : puissions-nous aujourd’hui être des disciples missionnaires, témoins de la force et du renouveau de l’Evangile dans l’Eglise et dans le monde ! Puissions-nous être à l’écoute des signes et des appels que l’Esprit pose pour notre temps et pour notre monde ! Oui viens, Esprit créateur, renouveler nos cœurs !