Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay
Navigation

Homélie de père Roland Bresson prononcée le 6 septembre 2015 pour le XXIIIe dimanche dans l'année C

F. & S.,

    

         A l'écoute de cet évangile, alors que dans 198 jours va commencer le Jubilé de Notre-Dame du Puy, nous ne pouvons que chercher dans ces paroles des encouragements.

         Bien sûr, on en parlera encore d'ici peu, du Jubilé : il faut des bras, des cerveaux, des bonnes volontés pour assurer la réussite matérielle de ce grand pardon.

         Mais il est temps, frères et soeurs, il est grand temps de nous placer le plus clairement possible, le plus chrétiennement possible devant ce Jubilé.

        1. aujourd'hui voici que Jésus se rend en Décapole. La Décapole est cette région absolument rétive à la foi orthodoxe du judaïsme, ce n'est pas que ce soit très loin de Jérusalem la sainte, mais c'est un lieu païen, voilà tout. Jésus sort de la Judée et va en terre païenne. Jésus vient toujours nous chercher là où nous sommes, il va jusqu'au bout du monde par tant et tant de missionnaires et de martyrs pour se mettre à la portée de tous. Comme le prêtre qui vient à la porte de l'église pour chercher le futur baptisé, le jour de son baptême.

        De même, le Jubilé n'est pas pour les justes mais il est pour les pécheurs. Pendant le Jubilé, sera donné à tous ceux qui le demanderont de tout leur coeur, le pardon miséricordieux du Seigneur ainsi que l'indulgence plénière. Jésus ne fait pas les choses à moitié et il y a des temps comme celui des Jubilés où l'Eglise nous met plus solennellement et plus vertigineusement face à l'abîme, à la source inépuisable de l'amour de Dieu pour nous. " l’eau jaillira dans le désert, des torrents dans le pays aride. La terre brûlante se changera en lac, la région de la soif, en eaux jaillissantes. "

         Voila le coeur du Jubilé : le Jubilé n'est pas une occasion de nous compter, de voir si on sait faire des rassemblements plus beaux, plus nombreux, plus impressionnants, le coeur du Jubilé c'est... ce sourd-muet qui, dans une rencontre merveilleuse et personnelle avec Jésus, voit un avenir inespéré s'ouvrir devant lui.

      Concrêtement cela veut dire que nous allons devoir apprendre... apprendre ce que l'Eglise fait au nom de son Seigneur lorsqu'elle organise un Jubilé. En attendant l'indiction, le texte spécial qui va arriver de Rome pour le Jubilé de Notre-Dame du Puy, allez lire l'indiction du Jubilé de la Miséricorde : pour découvrir ce que c'est que la Réconciliation des péchés, l'indulgence plénière, la communion des saints, l'indulgence pour les défunts, etc... on est vraiment pris de vertige devant ce chemin royal qui nous est ouvert pour peu que nous secouions notre torpeur, notre habitude : "Voici le temps favorable, voici le jour du salut". Nous attendons peut-être du spectacle comme les gens de la Décapole... voici bien plus, voici bien mieux : voici le salut : " Il vient lui-même le Seigneur, et va vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie".

           2.  on amène à Jésus un sourd muet : ce n'est pas lui qui vient tout seul, on l'amène. Il ne peut pas venir de lui-même, il n'a pas entendu Jésus, il ne peut pas bien exprimer un quelconque désir de voir Jésus... ce sont des amis de ce sourd muet, des parents peut-être, des gens pris de pitié, porteurs d'un fol espoir : "et si Jésus lui donnait l'audition, lui donnait la parole ! ?". Comme les parents, les parrains qui amènent leur enfant au baptême.

          Il est sourd : c'est terrible, mais le pire c'est d'être sourd à la Parole de Jésus, à l'Evangile : ne pas pouvoir connaître comment Dieu nous aime... dans le baptême c'est cette surdité que Jésus vient guérir. Elle n'était pas naturelle à l'homme quand Dieu l'a créé mais elle est devenu son lot quand le diable s'est appliqué à nous assourdir, à nous empêcher d'entendre les bonnes paroles, les Bonnes Nouvelles que Jésus a dites et faites pour nous.

           Il est muet : c'est tout aussi terrible : l'enfermement, le mutisme devant notre créateur, l'absence de prière, l'absence d'échange avec le Dieu qui nous aime... "tu veux me parler, Seigneur, eh bien moi je n'ai rien à te dire !"

           Il est sourd, il est muet et des amis l'amènent à Jésus...         

           F. & S., quelle belle image de ce que nous pouvons faire en préparant le Jubilé ! Je vous fais part de ce que j'essaie de faire en ce moment en prévision du Jubilé, peut-être cela vous inspirera-t-il... : je me pose la question : qui est-ce que je vais conduire au Jubilé du Puy ? Qui, autour de moi, est sourd à la parole de Dieu, qui est muet face à Dieu, c'est à dire : qui ne prie pas ? Qui vais-je appeler à s'approcher de Jésus pour se laisser toucher par lui ? Des gens de ma famille, des personnes avec lesquelles je travaille... Je pense avec beaucoup d'espérance et d'interrogation aux collégiens dans le collège où l'évêque m'a envoyé... voilà des exemples. Chacun doit réfléchir, noter, prier déjà pour ces personnes. Chacun doit demander au saint Esprit, et à Notre-Dame du Puy, l'amie du Saint Esprit, de l'aider à trouver les mots pour pouvoir "amener à Jésus". Voyez comment frères et soeurs, vous pouvez chaque jour ou chaque semaine réfléchir à vos relations, à vos sourds et à vos muets qui vous entourent...

        Cet été, un pèlerin m'a raconté qu'il y a une petite dizaine d'années, sa grand-mère lui avait demandé à lui, le non baptisé parmi ses petits enfants, à lui le sceptique, le désorienté, le jeune conducteur en l'occurence, de la conduire depuis sa province jusque dans une paroisse parisienne où venait d'être apportée la chasse de sainte Thérèse de l'enfant Jésus. Il a été saisi... de sourire d'abord : la grand-mère enamourée par cette sainte Thérèse, prosternée devant son squelette enfermé dans un coffre, et les pétales de roses, etc... et ça durait, ça durait, et puis il y a eu le retour, la discussion et le témoignage de la grand-mère dans la voiture, et puis, et puis... et puis trois ans plus tard il devenait chrétien par le baptême, et toute sa vie a été transformée...

                Jésus est allé en Décapole dans un endroit ou très peu de gens avaient un avis favorable sur lui... et le sourd-muet n'est pas venu de son propre mouvement à Jésus. Pensons donc à noter les noms de personnes qui nous paraissent "inconvertissables". Ah ! si chacun amenait, 5... 4 ou même 1 seul pécheur, ou un seul indifférent, à la rencontre du Christ et de Marie pendant ce jubilé... vous avez peur de ne pas y arriver ? Tu te demande dans ta classe qui peut bien s'intéresser à son salut éternel ? Alors mettez-vous à plusieurs, parlons-en avec nous les prêtres, avec les soeurs, avec qui vous voulez... mais ça vaut vraiment la peine d'y réfléchir, ça peut bien prendre 198 jours pour préparer le terrain.

         3. Jésus le guérit : il le prend à l'écart, la rencontre ne peut être que personnelle, intime. Jésus a fait exactement la même chose sur chacun de nous. Le jour de notre baptême, le prêtre a mis son doigt sur nos oreilles et sur nos lèvres en disant : Effata, ouvre-toi ! Nous avons alors reçu la capacité réelle et formidable d'entendre et d'accueillir la Parole de Dieu, la capacité de parler à Dieu, de le prier, d'entrer en relation avec lui.

         La grâce jubilaire est une grâce de renouveau de notre vie baptismale, une grâce d'ouverture : comme nous désirons que tous s'ouvrent à Jésus, découvrent le bonheur de croire en lui et de l'aimer : d'être sauvés de la surdité et du mutisme. Comme nous voudrions que tous sachent qu'en Jésus nous ne sommes pas destinés à être des cadavres à qui l'on parle et qui n'entendent pas, des morts la bouche ouverte, qui ont une bouche mais qui ne parlent pas.

         3.       "Il a bien fait toutes choses "; ils étaient "extrêmement frappés", dit l'évangile.

            En faisant cela, F. & S., en amenant des frères au Jubilé, en les mettant en contact avec Jésus... nous comblerons nos abîmes de tiédeur, nous combattrons notre paresse spirituelle, notre apathie spirituelle, nous trouverons des intentions et des encouragements innombrables pour mieux prier, nous nous émerveillerons comme les foules de la Décapole.

              Croyons-le bien : nous nous écrierons nous aussi, face à ce que le Seigneur voudra bien réaliser pendant le Jubilé de Notre-Dame du Puy : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. » . Alors nos célébrations pourront vraiment être joyeuses et adorantes, solennelles et belles parce qu'alors, nous toucherons du doigt sur la terre ce que Jésus a promis dans le ciel : "il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion ".                                          

  Amen. père Roland Bresson