Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay
Navigation

Homélie du père Denis LAMON pour le 2ème dimanche de l'avent

« Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours. »

« Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours. »

Frères et sœurs, en ce 2ème dimanche de l’Avent, où Jean-Baptiste nous invite à préparer le chemin du Seigneur, le prophète Baruch nous propose de revêtir la parure de la gloire de Dieu, et pour cela, de quitter notre robe de tristesse et de misère.

Chrétiens, fils et filles de Dieu, baptisés, nous avons pour vocation la Joie. La joie de nous savoir infiniment aimés de Dieu, la joie de nous savoir sauvés.

Le temps de l’Avent dispose nos cœurs dans l’attente du Messie, qui est, qui était et qui vient.

Jésus est venu épouser notre humanité à Noël.

Jésus viendra dans la gloire à la fin des temps.

Jésus vient surtout aujourd’hui dans mon cœur, dans ma vie, dans la mesure où je lui ouvre la porte.

Savez-vous que dans les premiers siècles, les chrétiens se reconnaissaient des païens à la joie qui se lisait sur leurs visages ?

Le pape François nous invite régulièrement à témoigner de la joie d’être chrétiens.

Chers enfants, une question pour vous :

Où Jésus demeure-t-il ? où habite-t-il ?

Jésus habite là où on l’invite.

On peut interdire les crèches dans les lieux publics, mais on ne peut pas nous interdire d’être des crèches vivantes, parce que Dieu habite en nous. Notre cœur est-il suffisamment ouvert au Seigneur qui vient ? La crèche véritable, n’est-ce pas ces lieux pauvres en nous, ces lieux mal rangés, ces lieux souffrants, où Jésus désire naitre pour y apporter paix, joie et réconfort ?

Ste Thérèse de l’Enfant Jésus l’avait bien compris : « me grandir, c’est impossible… donc il faut rester petit, s’accepter tel que l’on est… et c’est le Seigneur lui-même qui descendra le rude escalier de la perfection pour nous prendre dans ses bras et nous changer. »

La conversion dont nous parle Jean le Baptiste, ne consiste pas à se faire violence, mais à se laisser rejoindre par l’Amour et à se laisser changer par l’Amour.

« N’ayez pas peur disait, Benoit XVI, il donne tout. »

Quitter sa robe de tristesse, c’est laisser l’Enfant Jésus naitre dans la crèche de notre cœur pour le remplir de sa paix, de son amour et de sa joie.

Avec Jean-Baptiste, c’est le chemin du Seigneur que nous voulons préparer dans l’attente de Noël.

En préparant les crèches de Noël, n’oublions pas de préparer et de décorer nos crèches intérieures dans le désir d’y accueillir l’Enfant Jésus.

Mots-clés associés : , ,