Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay
Navigation

N'ayons pas peur de demander beaucoup dans la prière

Homélie de père Roland BRESSON le 24 juillet 2016 à la cathédrale du Puy-en-Velay

F. & S.,

" Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. "

Et voici Jésus... Jésus en prière, recueilli en prière, un peu à l'écart de ses disciples.

Avant de nous ordonner de prier, Jésus prie lui-même. D'ailleurs : y a-t-il une seule chose que Jésus demande qu'il n'ai faite d'abord lui-même ?

Quand il eut terminé de prier, un de ses disciples lui demande : « Seigneur, apprends-nous à prier ». Jésus ne fait aucune objection, il ne parle pas avec des formules étranges ou ésotériques mais avec une grande simplicité, il déclare : « Quand vous priez, dites : “Notre Père...” », et il leur enseigne le Notre Père , qu'il tire de sa propre prière, celle avec laquelle il s'adressait à Dieu, son Père.

"Notre Père..." voilà les premières paroles de l'Écriture Sainte que nous apprenons dès l'enfance. Elles s'impriment dans notre mémoire, façonnent notre vie, nous accompa-gnent jusqu'à notre dernier souffle. Prions pour qu'un frère les dise encore près de nous à l'heure de notre mort, si nous n'avons plus de souffle pour les prononcer nous-mêmes.

Notre Père qui es aux cieux... Pater noster qui es in cælis... Πάτερ ἡμῶν ὁ ἐν τοῖς οὐρανοῖς...

Oui, voici les paroles de l'Evangile qui nous sont enseignées. Et c'est un grand mystère. De nous-mêmes, nous ne saurions pas prier. Ou, du moins, nos prières risqueraient de divaguer à droite ou à gauche. Alors, comme il l'avait fait dans les psaumes, comme il l'avait fait par la voix des prophètes, notre Père nous donne, par l'enseignement de Jésus, les mots justes pour lui parler. Dans l'action de dire ou chanter (ce qui est la meilleure façon de dire) le Notre-Père, se réalise ce qu'avait dit le prophète Isaïe que nous entendons à chaque Veillée Pascale : "La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. " (Is LV 10-11)

La pluie et la neige, c'est la Parole rafraichissante et vivifiante de Jésus : le Notre-Père. Notre Père envoie Jésus depuis le ciel, comme une rosée d'été. Jésus qui, pour nous les hommes et pour notre Salut, descend du ciel et se fait homme. Le retour au ciel du Notre-Père c'est quand nous le prions ensemble ou chacun dans son intérieur, quand nous faisons remonter vers le Père cette prière qu'il nous a donné lui-même. L'accomplissement de la mission du Notre-Père, son résultat : c'est de rendre meilleure notre terre, de féconder notre âme, de faire germer notre foi. " ... ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. "

Certes, nous pouvons nous demander si le résultat du Notre-Père dans notre vie est bien visible quand nous nous regardons : si peu empressés à la prière parfois, si peu transformés, si peu féconds, si peu convertis... et notre terre elle-même, arrosée depuis 20 siècles par le Notre-Père : si peu fraternelle, si peu ouverte à Dieu... Un journaliste disait un jour à un évêque : " Si la prière marchait, ça se saurait : et tout le monde prierait !" Et l'évêque de lui répondre : "si tout le monde priait, alors la prière marcherai ! "

Et encore certains parmi nous se posent la question : mais à quoi bon prier, demander au Père de nous pardonner des choses impardonnables, à quoi bon lui dire "comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensé", ou enfin : "délivre-nous du mal", de ce mal dont nous ne nous sortons pas ! Mais justement : Jésus a mis dans le Notre Père sept demandes, concernant sept choses que nous ne pouvons pas obtenir sans la prière : si il nous a dit de les demander si souvent, c'est parce qu'il sait bien que nous ne pouvons pas nous les donner à nous-mêmes : or le pardon des offenses, nous ne pouvons pas nous le donner à nous-mêmes, la délivrance du mal nous ne pouvons pas l'obtenir par nos propres efforts : Jésus, en mettant ces demandes dans le Notre-Père, nous enseigne que nos efforts sans prière sont voués à l'échec. Et même si nos désirs sont imparfaits, même si notre résolution est fragile, même si notre conversion est toujours à retardement, n'ayons pas peur : n'ayons pas peur de demander beaucoup : nous nous adressons au tout-puissant, après-tout ! "Car rien n'est impossible à Dieu".

Et c'est dans l'acte même de la prière que le travail de notre conversion se fait : car enfin : Dieu n'a pas besoin que nous ouvrions la bouche pour savoir ce qu'il nous faut ! Mais il veut que nous le lui demandions parce qu'en le demandant, notre désir peut s'éveiller, être encouragé, la prière nous fait du bien, surtout la prière du Notre Père, parce que petit à petit elle accorde notre cœur aux mots que nous prononçons si souvent : " Ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission. " Voilà l'acte de l'Espérance la plus belle : Dieu, en quelque sorte, espère toujours de nous du

désir, une résolution, une convesion : " si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ", si Dieu espère en moi, qui suis-je moi pour désespérer de moi ?

Que d'enseignements dans la prière du Notre-Père ! J'en signale simplement un seul (il y en a mille !) un seul qui est le premier enseignement : "prions pour faire plaisir à Dieu !" eh bien oui : les trois premières demandes du Notre-Père ne sont pas pour nous, elles sont pour Dieu : "Que Ton Nom soit sanctifié" "Que Ton Règne vienne" "Que Ta Volonté soit faite". Il y aurait beaucoup à dire et encore plus à prier dans ce premier enseignement : "pour Dieu, pas pour moi ! Que chacune de mes prières commence par me tourner vers Dieu, et pas vers moi !" quelle plus belle prière au Dieu tout-puissant, très haut et très grand ?... qui se fait si proche lorsqu'il m'enseigne à le prier.

Que d'enseignements à partir de la prière du Notre-Père : je cite simplement celui-ci tiré de l'admirable commentaire de saint Cyprien sur le Notre-Père, un enseignement qui s'adapte très particulièrement aux chanteurs que sont, au premier chef, les chantres, mais que nous sommes tous dans l'assemblée qui chante et prie son Seigneur chaque dimanche :

Quand nous nous réunissons pour offrir avec le prêtre le divin sacrifice, prions avec recueillement. Gardons-nous bien de jeter à tous les vents des paroles sans suite et de formuler tumultueusement une demande dont la modestie doit faire tout le prix. Dieu n’écoute pas la voix, mais le cœur. Il n’est pas nécessaire de l’avertir par des cris, puisqu'Il connaît les pensées des hommes.

Dieu n’écoute pas la voix, mais le cœur... mais si nous chantons c'est parce que c'est la plus belle manière de laisser déborder la grâce de ces paroles divines quand elles remplissent vraiment nos coeurs... la voix doit devenir le trop-

plein du cœur qui se rempli de quelque chose qui le dépasse : et les paroles divines du Notre-Père nous dépassent trop pour

qu'ensemble nous ne les laissions pas déborder de nos cœurs en un chant toujours nouveau.

Tout à l'heure pendant que nous nous approcherons pour recevoir le Pain de ce jour l'antienne grégorienne répètera sans cesse : "demandez et vous recevrez" Pétite et accipiétis c'est ce que peut être chacun va pouvoir faire tout au long de cette semaine, dans la force de cette communion, tout au long de cet été, au moment où approche la fin de ce saint Jubilé de Notre-Dame du Puy : " Pétite et accipiétis " Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira.

Afin de rappeler à nos mémoires et à nos désirs hésitants ces paroles, emportez avec vous les livrets Magnificat qui vous seront proposés (gratuitement) à la sortie de la cathédrale : comment prier le Notre-Père ? comment prier dans l'esprit du Notre-Père ? Il reste encore tellement à découvrir... ce missel de poche peut vous accompagner et vous guider pour demander, chercher, frapper.